En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, afficher des publicités personnalisées et analyser le trafic du site internet.
corse FR  corsica EN  corsica IT  korsika DE  

Art et culture - La peinture


Hôtels Propriano
Résidence Aria Marina

Restaurants San Nicolao
La Vallicella

Villages de vacances Calvi
C.O de Calvi

Résidences de tourisme Porto Vecchio
Résidence Pietra di sole
 

A l'instar de l'architecture, la Corse a davantage importé les cultures pisanes et génoises qu'elle n'a engendrée de courant artistique ou même de peintures.

C'est le cas des fresques gothiques réalisées à la fin du XVe siècle, qui ornent encore une vingtaine d'églises et de chapelles. Le musée Fesch d'Ajaccio abrite la plus vaste collection en France de peintures italiennes après celle du Louvre. Assemblée par le cardinal Fesch, oncle de Napoléon, commissaire à la guerre en Italie puis commerçant avisé, elle compte des dizaines d'œuvres de primitifs italiens.

Au XIXe siècle quelques artistes corses se font remarquer en fréquentant les écoles de grandes villes françaises (Charles Fortuné Guasco, Louis Pelligriniles...) Certains iront jusqu'au prix de Rome ou seront exposés dans les Salons parisiens.

Plus tard, l'île contribuera à l'effervescence artistique en accueillant, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, des artistes majeurs venus chercher en Corse la lumière particulière de la Méditerranée. Parmi eux : Matisse, Fernand Léger, Utrillo et sa mère Suzanne Valadon, Signac et l'Américain Whistler.

Moins précurseurs et cependant issus de la même génération, des peintres insulaires comme Lucien Peri, François Corbellini, Pierre Dionisi ou Jean-Baptiste Pekle sont synonymes du renouveau artistique de la Corse après la Première Guerre mondiale. La plupart ont trouvé leur inspiration dans les fabuleux paysages de l'île.