corse FR  corsica EN  corsica IT  korsika DE  

Art et culture - La religion


Hôtels Calvi
Belvedere

Résidences de tourisme Bastia
CAMPU LATINU

Campings Calvi
Camping Les Castors

Hôtels Lucciana
Chez Walter
 

Bien que certains rites païens et autres croyances populaires hantent l'île depuis la nuit des temps, la Corse a toujours été très majoritairement catholique. Aujourd'hui, les traditions religieuses sont encore très vivantes dans l'île.

La ferveur religieuse des corses dépasse la simple observance d'un culte, la religion fait partie intégrante de la culture et du mode de vie des corses.
Chaque hameau ou presque possède sa chapelle, mais les messes sont célébrées dans les églises paroissiales dont beaucoup sont remarquables par leur architecture.
Sainte Dévote est la principale patronne de l'île, mais chaque ville et village fête son Saint Patron comme il se doit.
L'île compte également quelques temples protestants à Ajaccio et Pietranera et une église catholique de rite grec à Cargese, il est à ce sujet intéressant de noter qu'elle partage un prêtre avec l'église catholique romaine qui lui fait face. Aucun culte musulman n'est recensé.

Les plus grandes manifestations religieuses de l'île ont lieu à Pâques. Des dizaines de processions de pénitents en cagoule peinant sous de lourds fardeaux, arpentent les ruelles des vieilles cités de l'île. De Bonifacio aux villages du Cap Corse, les confréries religieuses dont certaines ont plus de sept siècles d’existence, perpétuent ces traditions.
La plus célèbre des processions corses car la plus spectaculaire et la plus poignante est celle qui se tient à Sartène, toute entière dominée par le supplice du Catenacciu, un pénitent anonyme dissimulé par une cagoule et un habit rouge.
Pour expier les fautes connues du seul curé, il portera pieds nus, pendant plusieurs heures, une croix et des chaînes d’un poids total de 43 kilos. Suivi, mais jamais aidé, par les frères de la mort, il tombera trois fois, cheminant au son d’une ancienne lancinante “Perdono, mio Dio, mio Dio, perdono”.
A Bonifacio, le soir du vendredi saint, cinq confréries différentes convergent vers l’église ; les pénitents portent de lourdes châsses dont certaines pèsent près de 800 kilos.
Dans le nord de la Corse, on pratique la "granitola", procession qui suit un itinéraire complexe en spirale. C’est le cas à Calvi où, pendant la semaine sainte, un spectacle fait revivre la passion du Christ au son de chants corses particulièrement émouvants.
D’autres rites, comme la "cerca" à Erbalunga, dans le Cap Corse, conduisent les pénitents à arpenter la montagne parfois à genoux, et à s’arrêter dans toutes les chapelles des environs.